Autonomisation de la femme en Afrique : 140 milliards pour une campagne de communication

Le mercredi 18 octobre 2017, a eu lieu à Abidjan, le lancement régional de la campagne de communication pour un changement social et comportemental en vue de l’autonomisation des femmes et du dividende démographique par la ministre ivoirienne du plan et du développement et le représentant-résident de la Banque mondiale. En présence des premières dames d’Afrique de l’ouest et du Sahel qui venaient d’achever, à l’initiative de leur consœur de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara, deux jours de réunion dont justement l’un des thèmes était l’autonomisation de la femme.

Visant à promouvoir d’une part le projet SWEDD (Sahel women’s empowerment and demographic dividend) la campagne de communication ainsi lancée se décline en une série d’actions auprès des populations-cibles que sont les femmes et les jeunes filles pour les amener à prendre conscience de leur potentialités; et surtout, leur permettre de s’insérer dans le tissu économique et social.

L’objectif du projet SWEDD est d’améliorer l’accès des femmes et des adolescentes aux services de santé reproductive, maternelle et infantile, et d’apporter aux pays un appui financier pour impulser l’indépendance économique de la femme afin de bien contribuer au bien-être de sa famille.

« Si on veut propulser le continent dans la voie du développement durable, nous devons miser sur les femmes et les jeunes filles. Elles sont notre plus grand atout », a dit le représentant-résident de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, Pierre Laporte. Il a indiqué qu’à plus long terme, ce projet pourra permettre aux pays de récolter les fruits du dividende démographique, c’est-à-dire, de parvenir à obtenir une structure par âge de la population caractérisée par une plus forte proportionnalité de personnes à charge. Et ce, afin de générer une croissance économique plus forte comme celles de plusieurs pays émergents.

Pour Kaba Nialé, la ministre ivoirienne du plan et du développement, ce projet s’inscrit dans la droite ligne de la feuille de route de l’Union africaine adoptée en janvier 2017. Laquelle feuille de route,a-t-elle rappelé, avait pour thème: "investir dans la jeunesse pour tirer profit du dividende démographique". C’est pour quoi, justifie-t-elle, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Burkina, la Mauritanie, le Tchad et le Niger ont décidé de mettre en œuvre le projet SWEDD avec le concours de la Banque mondiale.

Cette campagne de communication régionale sera accompagnée par des campagnes nationales qui viseront les populations vulnérables à travers multiples canaux de communication. Ces campagnes iront de pair, a assuré Monsieur Laporte, avec "les interventions d’autonomisation de la Banque mondiale au sein des communautés" . Ce projet dont le montant s’élève à 205 millions de dollars (environ 140 milliards de Fcfa ) ,offre ainsi l’opportunité aux pays d’agir en commun et d’identifier ainsi, ensemble, le type d’intervention adapté pour faire face à la question de l’autonomisation des femmes et des jeunes filles.

Chris Monsékéla

Dernière modification le 18/10/2017

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!