Vida, fan de Bebi Philippe et Josey, promet de ne pas arrêter de chanter si : voici son histoire

Née un 27 janvier à Port-Bouet, en Côte d’Ivoire, Vida Besisa Béatrice a passé son enfance à Grand-Bassam. Elle est diplômée d’un BTS en ressource humaine et communication. Résidant depuis 2014 en Europe, elle a choisi de vivre sa passion : la musique.

« La musique est une passion pour moi. Je rêvais de chanter depuis mon enfance. C’est en 2016 que je me suis vraiment décidée à réaliser mon rêve. Je me suis levée un jour, et j’ai cherché sur internet les contacts d’un arrangeur. J’ai trouvé celui de quelqu’un qui était en Belgique à Liège. Il s’appelle Yves Saint Lotus. C’est avec lui que j’ai commencé à travailler jusqu’à ce que naisse le premier produit. C’est vrai que la musique est ma passion, mais c’est le public qui juge. Si le public aime ma musique, et que j’ai un bon retour, je ne pense pas m’arrêter. Pour l’heure, je n’ai pas encore de producteur. C’est vrai qu’il y a beaucoup de difficultés et de vices dans la musique, mais c’est ainsi la vie. Mes modèles en Côte d’Ivoire, ce sont Josey et Baby Philippe. J’ai plusieurs chansons dans mon répertoire. Pour mes premiers pas dans la musique, j’ai choisi une de mes chansons afro-zouk. Sinon, je fais plus de la variété », confie-t-elle à Afrikipresse.fr

Avant son arrivée en Europe, elle a touché à presqu’à tout dans son pays. Elle a participé au concours Miss Côte d’Ivoire 2008, au cours duquel elle a été élue Miss région des lagunes. En 2009, elle a été sollicitée par une entreprise de bouillon alimentaire pour des publicités.

Un fabriquant de mèches l’a aussi cooptée. Après le Bts, suivi de son stage, elle n’a pas eu la chance d’avoir un emploi. Elle se lance alors dans le commerce, comme propriétaire-gérante d’un bar à Grand-Bassam, à côté d’autres activités. En 2014, tout s’arrête, ou plutôt elle arrête tout, pour l’Europe.

Là bas, entre Paris, Londres et Bruxelles, elle touche aussi presqu’à tout ce qui n’est pas interdit, ni répréhensible : formation, travail d’intérim, vendeuses en magasin, serveuse dans un restaurant..., autant d’activités qui renforcent sa détermination, et qui affinent son caractère et ses ambitions.

Désormais ce qui l’intéresse, c’est la musique, rien que la musique. Elle est prête à tout laisser et à s’y consacrer si le public l’encourage et adhère.

Alice Ouédrago

Dernière modification le 12/05/2018

A propos de l'auteur

Afrikipresse

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!