Bilé Didier : « Ne mettez pas la main sur les avoirs des artistes » Côte d’Ivoire - Burida

À travers une vidéo diffusée dans l’après-midi du dimanche 19 août 2018, sur sa page Facebook, Bilé Didier, leader de l’ex groupe musical estudiantin ‘’Les Parents du Campus’’ réagit sur les décrets portant organisation du Burida (Bureau Ivoirien du Droit d'Auteur)

« (…) Je m’exprime très rarement par le biais d’internet parce qu’en général, j’aime me mettre au dessus des choses, mais quand ces choses atteignent l’intégrité physique et morale des artistes de la corporation dans laquelle je vis, alors il faut s’insurger » a-t-il, précisé. L’artiste Zouglou est revenu sur quelques critères permettant aux sociétaires d’être retenus comme membre du Conseil d’administration du Burida :

«Je viens de recevoir un sms qui dit : ‘’(…) qu’a l’article 24, il a été pris des décrets qui stipulent que les représentants des artistes-musiciens dans le Conseil d’administration du Burida passent de 6 à 3 personnes … Et que dans l’article 10 alinéa 1 pour être candidat, il ne faut pas appartenir à un Conseil d’administration dont le mandat n’est pas arrivé à expiration…bref ! E je vois, à l’article 5, pour prétendre figurer dans le collègue des artistes-musiciens, il faut être artiste avec 5 ans d’ancienneté, avoir produit au moins trois albums avec au moins avec 6 titres…’

«Bon tout ça est bien beau, tout ça est bien normal ! Mais je ne comprends pas », s’interroge-t-il, qu’après avoir mis en place «un Conseil d’administration provisoire pendant 5 ans, le Ministère de la Culture se permet, avec tout le respect que je leur dois, de changer la parité des représentations au niveau du Burida. Je ne le comprends pas ? »

Bilé Didier présente ensuite, en terme d’exemple, une fiche de composition des membres du Conseil d’administration de la SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), gérante des droits des auteurs en Hexagone : «Je vous donne en exemple ce qui passe en France. Nous avons là, la Composition du Conseil d’administration de la SACEM. Regardez la composition : il y a 6 auteurs, 6 compositeurs, 6 éditeurs, vous voyez bien. Ils sont renouvelables par tiers chaque année par l’Assemblée générale choisis entre les artistes musiciens, les auteurs, compositeurs…de la SACEM. C’est-à-dire, les artistes eux-mêmes. Et vous voyez là-bas, 2 autres représentants : auteurs-réalisateurs titulaires et 2 auteurs-réalisateurs suppléants. Est-ce qu’ici, dans cette composition, vous voyez quelque part un représentant du ministère de l’Education ou de la Culture ou de l’Ambassade, de l’Elysée de France ? Non ! Est-ce à dire que notre pays n’est pas encore démocratique ? Ou est-ce à dire que les artistes musiciens africains ou en particulier, les artistes ivoiriens sont tellement nuls et cons que des gens comme nous, ne pouvons pas nous-mêmes gérer notre affaire ? C’est-à-dire, notre Burida ? Le Burida appartient aux artistes, le Burida doit demeurer et rester aux mains des artistes qui doivent gérer leur propre maison ».

Il conclut en ces termes : «Alors ne mettez pas la main sur les avoirs des artistes. Vous mettez la main où vous voulez, mais restons sérieux, ne mettez pas la main dans les affaires des artistes. Les artistes sont assez grands, assez mûrs, assez intellectuels, assez capables pour gérer leurs propres affaires. Donc, nous nous insurgeons contre ce décret qui diminue le nombre des artistes au sein du Conseil d’administration du Burida. À bon entendeur, salut ! »

Claude Dassé

Dernière modification le 20/08/2018

A propos de l'auteur

Dasse Claude

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!