Dasse Claude

Dasse Claude

« Aujourd’hui, on parle de l’esclavage des Africains d’origine subsaharienne en Libye. Oui, c’est pénible. Mais je vous dis, si on doit poursuivre les Libyens, il faut aussi poursuivre les Français et autres, qui livrent nos filles aux chiens et ça, tout le monde le sait ». 

Le décès, le samedi du 18 novembre 2017 à Tunis, du célèbre couturier Azzédine Alaïa, n’est pas passée inaperçu à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Au nom du Ministère de l’intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Issiaké Konaté, le Directeur général des Ivoiriens de l’extérieur répond aux préoccupations sur la question liée à la migration irrégulière et ses conséquences. Il revient sur ‘’l’enfer’’ dans lequel se retrouvent des migrants en Libye.

Alors que le traitement réservé aux migrants africains par des passeurs sur le territoire libyen est depuis toujours considéré comme ‘’déplorable’’ par plusieurs ONG, le reportage de CNN sur la question, diffusé 15 novembre 2017, suscite la révolte sur le continent.


Rien ne va au sein de la Fédération ivoirienne de jeux d’échec (Fidec), surtout entre Brou Justin, l’ex-2ème vice-président de la fédération, chargé des affaires juridiques démissionnaire, et Essis Essoh Jean Mathieu Claude, le président élu de la Fidec dont l’élection est aujourd’hui mise à mal. Le premier est magistrat, précisément président du Tribunal de Daloa et le second est fonctionnaire international. Il est notamment Chef de Bureau Adjoint et Coordonnateur des Affaires Civiles de Kananga, région du grand Kasaï Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO).

Inscrit au barreau d’Abidjan, Me Martin Koudou Dogo, le Conseil des deux Ivoiriennes séquestrées au Maroc, revient sur le dossier. Présentement en Côte d’Ivoire, l’avocat international qui a passé plus de 24 ans au barreau de Nice met l’accent, dans ce bref échange réalisé le 6 novembre 2017, sur la situation de précarité dans laquelle vivent ses clientes, à quelques jours de la réouverture du dossier. Il en appelle à l’aide.

La fin de la 2ème édition de la fête de réjouissances du royaume Brong, l’Adayé Kessiè Festival a été marquée par une réunion des chefs des 5 provinces du royaume autour du 17éme roi, sa majesté Nanan Kouassi Adingra  Adjimanne, le lundi 30 octobre 2017, à Tabagne au domicile du commissaire général du festival, Bini Daouda Ouattara.

Symbole de l’unicité du peuple Brong et du renforcement de la cohésion sociale, l’Adayé-Kessiè, plateforme de valorisation du patrimoine culturel et touristique de ce peuple entre la Côte d’Ivoire et le Ghana, a été célébré durant 5 jours (17 au 22 octobre) dans la principauté de Tabagne, ouest de la Côte d’Ivoire. Cette célébration a été  marquée par des attractions, dont la pause de la première pierre du village  de l’Adayé -Kessié, des réflexions, des faits de société et un concert géant, et surtout la  grande parade du roi et sa communion avec son peuple, en présence du  vice-président ivoirien , Daniel Kablan Duncan

A l’heure actuelle, c’est un climat de grosse inquiétude mêlé d’incertitude qui anime les camps d’Ampain, d’Egyekroum, de Fedentaa, au Ghana et celui d’Avepozo Tropinaca, au Togo.

Réfugiée ivoirienne résident au camp de Ampain, au Ghana, dame Kouamé Ahou Germaine a fait des révélations qui font froid dans le dos. Présidente des femmes de la zone baptisée ‘’Cité policière’’dudit camp, elle dit avoir été, dans le cadre d’un programme d’espacement de grossesses, initié par le UHCR, l’objet d’une expérience médicale qui, aujourd’hui a des effets désastreux sur sa santé. Plusieurs femmes sont également dans le cas, selon elle.

Page 1 sur 84

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!