Burkina-terrorisme : Alpha Barry : « Si le Burkina est atteint, c’est toute l’Afrique de l’Ouest qui est menacée ».

Pour endiguer la menace terroriste dans la partie Est du Burkina Faso, les quatre chefs d’Etat du Burkina, du Niger, du Togo et du Bénin ont instruit leurs ministres des Affaires Etrangères, de la Sécurité et de la Défense aux fins de trouver une solution.

« Anticiper et prévenir pour empêcher les terroristes de prendre pied dans la partie boisée de l’Afrique de l’ouest après leur forfait dans le Sahel ». Telle est la réflexion qu’ont menée les ministres des Affaires Etrangères, de la Sécurité et de la Défense accompagnés de deux experts venus du Burkina, du Niger, du Togo et du Bénin ce mardi 16 octobre 2018 à Ouagadougou. « Ce fut une rencontre enrichissante, fructueuse et féconde. Le caractère asymétrique de la lutte contre le terrorisme nécessite une approche globale. Elle exige des actions préventives et concertées » dit la déclaration finale lue par le ministre burkinabè des Affaires Etrangères et de la Coopération, Alpha Barry.

Il a ajouté que ces actions au-delà de la coopération bilatérale entre les différents Etats, visent à créer un cadre permanent de concertation, d’échange d’information et de partage d’expérience entre les différentes unités de sécurités transfrontalières.
Justifiant cette énième organisation en plus de l’existence de la force conjointe du G5 Sahel, Alpha Barry a dit : « Le Burkina Faso est dans une position tampon entre la partie Sahélienne et la partie forestière ou côtière de l’Afrique de l’ouest. Si le Burkina est atteint, c’est toute l’Afrique de l’Ouest qui est menacée. C’est pourquoi, alors que le Togo et le Bénin ne sont pas membres du G5sahel, nous devons travailler avec ces deux pays pour prévenir la menace dans la partie Est du pays ».
Enfin pour le ministre béninois de la sécurité, s’il n’y a pas des Etres humains à tuer dans le parc W du Niger ou encore dans le parc de la Pandjari au Bénin, les terroristes pourront s’y refugier et résister. Ce qui menacerait le tourisme et l’économie. « On ne va pas attendre qu’ils s’installent d’abord avant d’agir » a renchéri le ministre Nigérien des Affaires Etrangères.

Philippe Kouhon, envoyé spécial au Burkina Faso

Sur le même sujet

A lire aussi>> Burkina - terrorisme : Alpha Barry invite les voisins de l’Est à mutualiser les efforts

A lire aussi>>Burkina-terrorisme : un exercice de simulation d’attaque ce matin à Ouagadougou

 

Dernière modification le 17/10/2018

A propos de l'auteur

Yaya Kanté

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Site d'actualité et d'informations en continu sur l'Afrique francophone‎ et le monde.

 

Vos informations également disponibles dans votre magazine en version Pdf sur le site, et en kiosque en France, Belgique et plusieurs pays d'Afrique francophone.

Derniers articles

Les plus populaires

Newsletter

Soyez au courant de toutes les news, inscrivez-vous à notre Newsletter!